LE PETIT BRABANCON ET LES GRIFFONS BELGE ET BRUXELLOIS

LE FORUM DES AMOUREUX DU PETIT BRABANCON ET DU GRIFFON BELGE ET BRUXELLOIS
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

LE PETIT BRABANCON.LE FORUM DU PETIT BRABANCON DU GRIFFON BRUXELLOIS ET GRIFFON BELGE-CE FORUM VOUS EST OFFERT PAR L'ELEVAGE DU DOMAINE DES COTIERES-ELEVAGE DE DOGUE ALLEMAND ET DE PETIT BRABANCON- WWW.DOMAINEDESCOTIERES.FR

 

CHIOTS PETIT BRABANCON DISPONIBLE A L'ELEVAGE DU DOMAINE DES COTIERES-GEORGES OF BALUCHISTAN CHAMPION DE FRANCE
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» cachou petit brabançon
Lun 21 Déc - 10:36 par Nathie

» Voyagez-vous avec vos petits brabançon ?
Ven 23 Oct - 10:30 par Odiletycoo

» Isa de L'Orée de La Montagne Noire
Jeu 22 Mai - 10:41 par Nathie

» Bonjour de Vendée
Mar 6 Aoû - 8:40 par fraize

» presence et brabancon
Jeu 7 Mar - 4:14 par Bleuelune

» Bonjour à tous!!!!
Jeu 7 Mar - 4:00 par Bleuelune

» bonjour à tous
Ven 11 Jan - 10:54 par edenne

» une copine pour mon griffon
Jeu 29 Nov - 9:47 par schnetzer

» Un pt'it bonjour
Sam 17 Nov - 22:23 par oneill666

TRADUCTEUR

Partagez | 
 

 Un chiot en cadeau... Bonne ou mauvaise idée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GEORGES
Admin
avatar

Masculin Scorpion Dragon
Messages : 847
Date de naissance : 01/11/1964
Date d'inscription : 09/08/2009
Age : 53
Localisation : PARIS
Humeur : BONNE

MessageSujet: Un chiot en cadeau... Bonne ou mauvaise idée ?   Sam 9 Avr - 4:34

Un chiot en cadeau... Bonne ou mauvaise idée ?





Anniversaires, fêtes de Noël ou de fin d’année, sont autant d’occasions ou périodes propices pour faire un cadeau à un être aimé, adulte ou enfant.

C’est un peu faire sien le désir de l’autre (ou parfois faire de son désir celui de l’autre !) et tenter de trouver ce qui va le combler.

Le prix, la couleur, la taille, la qualité, la marque, l’utilité, bref un panel impressionnant de critères se doivent d’être pris en compte par l’offrant, pour espérer satisfaire au mieux celui qui reçoit.

Mais on peut déjà distinguer nettement deux situations : celle d’offrir un objet et celle d’offrir un être vivant.

Un objet offert reste une matérialisation statique de l’affection portée à la personne qui le reçoit, qui elle-même lui accordera un poids plus ou moins grand de valeur affective.

Par contre un être vivant offert, implique bien davantage la personne qui le reçoit, dans un lien à éprouver et à tisser émotionnellement dans l’interaction avec le « cadeau vivant ».

Rien de comparable donc, entre recevoir un superbe livre et un animal, qui lui ne saura justement pas se contenter, de rester la simple et muette représentation du lien unissant à la personne qui offre !





Cohabiter avec un animal est un choix très personnel



Partager le quotidien avec un animal, et commencer par l’accueillir dans de mutuelles bonnes conditions, c’est se représenter à l’avance les futurs échanges et mûrir ce projet de cohabitation dans l’anticipation des bénéfices, mais aussi des contraintes inhérentes à une telle démarche.



En offrant un animal à autrui, peut-être bousculera-t-on cette maturation préalable qui ne pourra donc pas s’affiner jusqu’au bout. Mais surtout, ne fera-t-on pas violence au milieu individuel et intime de l’autre, en faisant arriver dans sa vie un être qu’il n’était pas encore prêt à accueillir ?



Même si elle comporte des aléas, la présence d’un animal est rarement vécue comme une contrainte pour celui qui l’a désiré. A l’inverse, pour celui qui n’a pu faire soi le désir de cohabiter avec un animal, les moindres réalités du quotidien vont être une charge, déclenchant des tensions mutuelles préjudiciables au bon équilibre psycho-comportemental de l’animal, et à l’origine de nombreuses difficultés adjacentes.



Quand on sait l’importance du processus de construction d’un lien, il n’est pas difficile d’imaginer tous les désagréments que peut causer le don d’un animal à une personne. Car les défauts de lien et d’attachement sont à l’origine de nombreuses incompréhensions, de nervosité, d’agacement et de difficultés en somme…



Offrir un chiot à un enfant



Les enfants sont souvent demandeurs d’un chien à la maison, mais cette cohabitation n’est jamais sans risque. Décider d’accéder au désir de l’enfant ne doit donc pas se faire dans l’approximation, la hâte d’un coup de tête ou d’un coup de cœur pour un « chiot gros nounours » vu dans une vitrine, parce que l’enfant trépigne et/ou réclame son cadeau depuis longtemps. Qui plus est parfois, avec la promesse de s’en occuper lui-même !

Les priorités et intérêts d’un enfant évoluent avec l’âge et il serait illusoire (et abusif) d’attendre de lui un pareil engagement, sur 10 à 15 ans de vie de l’animal.

En intégrant un chiot dans une famille, les parents doivent donc prévoir beaucoup de temps à lui consacrer personnellement, pour l’aider à poursuivre son développement physique et psycho-comportemental.

Les contraintes journalières de nourrir l’animal, l’éduquer, le toiletter, le sortir plusieurs fois par jour, leur reviennent absolument même s’ils peuvent déléguer parfois quelques tâches à l’enfant, selon son âge et vérifiant que le chien est bien respecté.



L’animal partenaire de jeux de l’enfant, avec ses limites à la tolérance, ni « cheval à bascule » ni souffre douleur, est bien sûr aussi sous l’entière responsabilité des parents, qui ont pour devoir premier d’apprendre à l’enfant à respecter son compagnon.

Idée cadeau à longuement maturer donc, en veillant au bon moment pour l’adoption de l’animal (dans une franche concertation avec les différents membres de la cellule familiale) autant qu’au choix effectif du petit compagnon, en s’informant préalablement des critères à privilégier, aux niveaux races et bonnes conditions d’élevage (propices au bon équilibre du petit animal). A noter que l'achat en animalerie ne garantit pas l'exacte provenance des chiots à la vente...



Imposer maladroitement un animal retentit sur lui



Pour se construire et faire les premiers apprentissages de la vie près des humains, un chiot a d’abord besoin de tranquillité émotionnelle. Il peut ainsi reporter sur son nouveau propriétaire l’attachement qu’il avait pour sa mère et sa fratrie, desquels il vient d’être arraché brutalement. Ayant perdu tous ses anciens repères de vie, c’est de toute l’attention bienveillante de personnes disponibles dont il a surtout besoin.

Il n’y a que l’ardent désir d’avoir un petit compagnon, de l’avoir choisi et attendu qui le fasse accueillir avec la spontanéité, la tendresse, la douceur et la clémence qui éveilleront son attachement.

Et sur le socle de ce nouveau lien, naît la confiance d’un petit animal prêt alors à se frotter aux durs apprentissages de la vie, dans une société humaine.

Apprentissages que le petit animal ne peut pas faire dans l’improvisation et la hâte, avec un nouveau propriétaire tendu, impatient et vite fâché, débordé qu’il est par ce chiot qu’il n’attendait pas. Incapable de s’adapter assez vite, le chiot devient rapidement décevant, et son propriétaire de moins en moins indulgent.

Les voilà tous deux engagés dans la spirale infernale de l’animal non désiré qui peine à s’ajuster, et qui vient rapidement faire penser « qu’il n’est décidément pas un cadeau ! »



Cette grande disponibilité qu’exige un chiot est justement la qualité d’une personne ou d’une famille qui ne s’est pas vue obligée d’accueillir un petit être vivant, qu’elle ne peut alors ressentir que comme une charge.



Offrir un chiot doit donc se limiter à proposer clairement le cadeau que l’on est en mesure de faire, car la surprise d’arriver avec un être vivant risque de n’être pas l’agréable évènement que l’on prévoyait.

Proposer, respecter le désir, laisser le temps de la réflexion et du mûrissement, laisser le choix au sens large et permettre de construire le lien, c’est assurément là qu’est le véritable cadeau à l’autre.

Danièle Mirat - Caniconsultante
Site Internet: http://www.communicanis.com
Courriel: daniele.mirat@gmail.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://lepetitbrabancon.forumactif.org
 
Un chiot en cadeau... Bonne ou mauvaise idée ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» adopter 2ème chat bonne ou mauvaise idée ?
» Bonne ou mauvaise idée ?
» la salade bonne ou mauvaise
» Bonne ... ou mauvaise journée ???
» Bonne ou "mauvaise" herbe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE PETIT BRABANCON ET LES GRIFFONS BELGE ET BRUXELLOIS :: LE PETIT BRABANCON ET LES GRIFFONS EN QUELQUES MOTS :: MON FUTUR COMPAGNON-
Sauter vers: