LE PETIT BRABANCON ET LES GRIFFONS BELGE ET BRUXELLOIS

LE FORUM DES AMOUREUX DU PETIT BRABANCON ET DU GRIFFON BELGE ET BRUXELLOIS
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

LE PETIT BRABANCON.LE FORUM DU PETIT BRABANCON DU GRIFFON BRUXELLOIS ET GRIFFON BELGE-CE FORUM VOUS EST OFFERT PAR L'ELEVAGE DU DOMAINE DES COTIERES-ELEVAGE DE DOGUE ALLEMAND ET DE PETIT BRABANCON- WWW.DOMAINEDESCOTIERES.FR

 

CHIOTS PETIT BRABANCON DISPONIBLE A L'ELEVAGE DU DOMAINE DES COTIERES-GEORGES OF BALUCHISTAN CHAMPION DE FRANCE
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» cachou petit brabançon
Lun 21 Déc - 10:36 par Nathie

» Voyagez-vous avec vos petits brabançon ?
Ven 23 Oct - 10:30 par Odiletycoo

» Isa de L'Orée de La Montagne Noire
Jeu 22 Mai - 10:41 par Nathie

» Bonjour de Vendée
Mar 6 Aoû - 8:40 par fraize

» presence et brabancon
Jeu 7 Mar - 4:14 par Bleuelune

» Bonjour à tous!!!!
Jeu 7 Mar - 4:00 par Bleuelune

» bonjour à tous
Ven 11 Jan - 10:54 par edenne

» une copine pour mon griffon
Jeu 29 Nov - 9:47 par schnetzer

» Un pt'it bonjour
Sam 17 Nov - 22:23 par oneill666

TRADUCTEUR

Partagez | 
 

 Le difficile et délicat choix d'un chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GEORGES
Admin
avatar

Masculin Scorpion Dragon
Messages : 847
Date de naissance : 01/11/1964
Date d'inscription : 09/08/2009
Age : 53
Localisation : PARIS
Humeur : BONNE

MessageSujet: Le difficile et délicat choix d'un chien   Sam 9 Avr - 4:32

Texte publié dans le magazine "Chien Mag" N°11



Le difficile et délicat choix d'un chien



Choisir d’acquérir un chiot d’une race précise ou se décider pour l’un des petits bâtards de la chienne du voisin… Ce choix sera en tout cas un engagement pour plusieurs années, et ne saurait se faire sur un coup de tête ou un coup de cœur pour une jolie « peluche » aperçue dans une vitrine ou un « super marché » de l’animal.



S’interroger sur les motifs de vouloir un chien, aide à mieux choisir le compagnon rêvé, que l'on vive seul(e), à deux ou en famille, avec un ou plusieurs enfants.

L’important est de ne pas choisir n’importe lequel, n’importe comment, n’importe où et n’importe quand, cela pour le confort de tous et l’harmonie des relations avec un chien.



Fixer votre choix, c’est prendre en considération:



votre mode de vie : "pantouflard", très occupé, ou sportif et plus disponible pour de grandes balades convenant mieux à certains types de chiens.

votre caractère : débonnaire ou autoritaire, certains individus de certaines races exigeant peut-être un propriétaire plus rigoureux et averti.

votre lieu et espace de vie : grande ville, campagne, petit ou grand appartement, maison avec ou sans jardin. Certaines races ont vraiment besoin de beaucoup d’espace ou/et de vivre absolument en extérieur, d’autres craindront plus la chaleur, le soleil ou le froid et les intempéries.

votre âge, votre situation familiale : célibataire, marié avec ou sans enfant en bas âge, certaines races supportant moins bien les ambiances survoltées par exemple.

vos autres chiens ou animaux si vous en possédez : certains mâles s’accommodant plus ou moins bien de la cohabitation avec d’autres chiens ou d' autres espèces animales (par manque de familiarisation précoce).

vos priorités en matière de loisirs et vacances : certaines races souffrent des escapades ou vacances sous la canicule, les plus grandes tailles peuvent rebuter certains hôteliers ou loueurs, et attention aux réglementations sur les molosses qui changent suivant les pays de la communauté européenne.


Certaines races, dont les sujets auront une maturité tardive, réclameront un plus long temps de patience et rigueur dans la gestion du quotidien . Peut-être ont-elles, si j’ose dire, un peu moins « le sens de l’humour », alors propriétaires trop permissifs s’abstenir … surtout avec certains mâles !

D’autres races seront plus sportives, et si vous n’êtes pas fan de jogging et grandes balades, que vous habitez dans une zone urbanisée et bétonnée, ni vous ni l’animal ne serez vraiment heureux. Portez votre choix sur un genre de chien plus "casanier", nécessitant moins d’activité physique, comme certaines races géantes par exemple, mais seulement si vous disposez d’un grand espace de vie… sinon tournez-vous vers les miniatures !

Des races aux babines pendantes ou celles aux poils longs et fournis, conviendront mal aux personnes méticuleuses et trop soucieuses de la propreté de la maison et de la voiture. Si vous faites partie de celles-là regardez plutôt du côté des chiens à poils courts et poils durs ou qui ne les perdent pas.






Quelles conditions d'élevage pour faire acquisition d'un chiot équilibré



Aujourd’hui, l’activité de vente de chiots étant étendue non pas seulement aux éleveurs professionnels mais également aux particuliers (dans la limite d’une portée annuelle) ou aux animaleries, il est capital de déterminer les éléments qui sont à prendre en compte pour faire l’acquisition responsable, d’un chiot bien né et dont il aura été pris soin.

Il sera aisé de collecter ces éléments directement auprès d’éleveurs professionnels ou occasionnels, mais il sera bien difficile de les réunir dans le cas d’un achat en animalerie (l’origine des chiots n’étant pas souvent avancée).

La précipitation à acquérir un chiot est toujours mauvaise conseillère et embarquent souvent dans l’achat d’un petit animal qui se révèlera vite difficile à gérer, ou même malade, sans que l’on s’en soit douté.



Premières précautions



S’informer des bonnes conditions d'hygiène de l'élevage et s’inquiéter de l'état de santé des parents d’un chiot (absence de tare génétique, ex : la dysplasie) est primordial mais n’est pas tout, car l’équilibre émotionnel du petit animal est aussi un critère de santé, dont il faut particulièrement se préoccuper.

La qualité du vécu prénatal influe sur le comportement du chiot qui naîtra, le bien être ou au contraire, le mal être psychique de la génitrice, faisant toute la différence.

Quand il n’est pas offert une gestation paisible et confortable à une femelle, les chiots « baignent » dans la gamme des émotions négatives des chocs et du stress vécus par leur mère. C’est déjà une certaine sensibilité qui s’acquiert là, in utero. Des conditions de vie paisibles sont donc à privilégier pour la reproductrice.



Un petit qui se construit est influencé par le milieu dans lequel il se développe et par les individus qui le peuplent. Le tout est source intarissable de stimulations pour le chiot, et une carence ou au contraire un excès en ce domaine, serait annonciateur de difficultés futures pour l’adaptation et l’intégration du petit animal, dans la famille et la société.



Inné et acquis



Tout chiot est d’abord l’expression de son patrimoine génétique. Cependant, cette « promesse » génétique ne se réalisera pour donner un animal apte à vivre en société, que si toutes les conditions sont réunies pour favoriser son bon développement physiologique, mais aussi psychique et comportemental.

Le chiot fait l’acquisition de mécanismes adaptatifs à son environnement en général (c. à d. à tous milieux de vie urbaine ou rurale et des êtres vivants qui les peuplent) par la richesse et la qualité de ses expériences très précoces.

La stabilité émotionnelle du chiot commence à se forger déjà in utero, et liée ensuite au comportement exploratoire, elle continue essentiellement de s’installer entre sa 3è et sa 8è semaine, si le petit animal sécurisé par la proximité de sa mère et sa fratrie, peut rencontrer un monde diversifié.

C’est durant cette période de forte attraction sociale, qu’un univers varié et stimulant lui permet de découvrir et se familiariser avec des formes, des matières et des couleurs, des sons et des odeurs. Il peut apprendre à aborder les objets, à exercer sa motricité et devenir de plus en plus confiant et assuré.

Enrichi d’expériences multiples, le chiot est ainsi préparé pour plus tard, à des réactions pondérées devant toute nouveauté.



Parallèlement, il doit apprendre à interagir avec les êtres vivants (d’abord ses congénères) et doit pour cela être laissé absolument au minimum 8 pleines semaines, avec sa mère et sa fratrie.

Ce sont les interactions avec les siens qui lui permettent de structurer des comportements sociaux pour le préparer à une future vie collective avec humains et congénères. L’apprentissage de la ritualisation des contacts entre chiens se fait là, et les mécanismes de l’autocontrôle et de l’inhibition de la morsure se mettent en place. Le chiot apprend le contrôle et l’interruption de tout comportement, mouvements, morsures, au cours des jeux de combats.

Privé de ces acquisitions précoces, un chiot risque de devenir un animal «tornade» (qualifié d’ingérable par ceux qui en ont fait les frais !) avec ses propres congénères et les humains.

De plus, de quotidiennes manipulations douces et attentives du chiot par les éleveurs, l’habituent à considérer l’humain comme espèce amie. Le maximum de profils masculins et féminins, adultes et enfants sont à lui faire rencontrer, si possible en admettant un peu la fratrie dans l’habitat.

Familiarisé aux bruits et odeurs d’un intérieur d’humains, à leurs gestuelles, voix et contacts, le chiot est mieux armé pour la vie en famille et préparé à aborder tout nouveau contexte, sans stress majeur.



Rencontrer les éleveurs



Toutes ces bonnes conditions de développement précoce et de socialisation des chiots sont donc à privilégier pour une prochaine acquisition, et d’évidence l’élevage en chenils et boxes isolés (donc pauvre en stimulations) ne favorisera pas leur plein épanouissement sensoriel et émotionnel.

Beaucoup de questions sont donc à poser à l’éleveur et une visite des lieux est conseillée.Tout professionnel consciencieux autorise à voir ses locaux et conditions d’élevage, en prenant le soin d’imposer quelques élémentaires mesures restrictives, d’hygiène et de tranquillité de ses chiens. Une femelle peut parfois être très soucieuse de la sécurité de ses petits et se monter peu « aimable », il n’est donc pas utile de la soumettre à ce stress. La reproductrice et les chiots pouvant alors être vus séparément.



Se hâter d’acquérir un chiot, sans mesurer avec sérieux la qualité de ses conditions de vie précoce, n’a jamais été source de bienfaits pour les nouveaux propriétaires, moins encore pour le petit animal carencé dans son développement.

Il n’est pas inhabituel, et il est même recommandé, de mener plusieurs mois de recherches pour trouver réunis tous les éléments d’élevage favorables à l’adoption de son futur petit compagnon.

Le bon chiot (enfin sélectionné dans le « bon » élevage) est prêt pour plus d’une décennie de vie avec ses propriétaires, et tous ces soins pour le trouver, loin d’être superflus, donneront l’assurance d’avoir un chiot équilibré auquel il restera à offrir des conditions de vie respectueuses de ses besoins, pour que se capitalisent tous les efforts déployés jusque là par l’éleveur

Danièle Mirat - Caniconsultante
Site Internet: http://www.communicanis.com
Courriel: daniele.mirat@gmail.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://lepetitbrabancon.forumactif.org
 
Le difficile et délicat choix d'un chien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Choix d'un chien ?
» Choix d'un chien: pourquoi celui-là et pas un autre?
» Choix des Croquettes pour chiens !
» Accouchement difficile?
» Choix d'un chien, conseil ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE PETIT BRABANCON ET LES GRIFFONS BELGE ET BRUXELLOIS :: LE PETIT BRABANCON ET LES GRIFFONS EN QUELQUES MOTS :: MON FUTUR COMPAGNON-
Sauter vers: